Plan stratégique courtage 2022-2024
Plan stratégique courtage 2022-2024
Plan stratégique courtage MMA 2022-2024

Odile Lasternas-Brécy, Directeur des Marchés Entreprises et Dominique Orain, Directeur de la Politique Courtage détaillent la teneur et les objectifs du plan stratégique courtage 2022-2024 de MMA. Objectif affiché : faire de MMA un leader en mouvement et engagé...

Les assureurs font face à de nombreux défis d’ordre économiques, climatiques, sociétaux, règlementaires... Dans ce contexte, quelle est la position de MMA ?

Dominique Orain. Nous évoluons effectivement dans un contexte qui présente de nombreux défis et qui se caractérise par un haut niveau d’incertitude notamment sur les plans économique mais également encore sanitaire. Cette situation se traduit aussi par une montée en puissance des risques systémiques, particulièrement ceux liés aux pandémies et au cyber, qui viennent s’ajouter au développement des risques climatiques. À cela viennent se greffer de fortes attentes sociétales et environnementales mais aussi des contraintes réglementaires et de conformité qui impactent l’exercice de nos métiers et nos relations avec nos partenaires notamment courtiers. Face à cette réalité pérenne, il y a deux comportements possibles : faire l’autruche et alors l’avenir s’annonce bien sombre y compris à court terme ou bien s’emparer pleinement de ces problématiques et éléments de contexte pour les inscrire au cœur de notre stratégie et les transformer en leviers d’opportunité. MMA a clairement opté pour cette seconde option. C’est l’un des éléments forts et structurants de notre plan stratégique 2022-2024.

Odile Lasternas-Brécy. La position de MMA est clairement de rester un assureur sur lequel nos clients et partenaires peuvent compter. Pour cela, MMA intègre tous ces défis dans ses modèles afin d’en faire une opportunité. Aujourd’hui, nous devons fonctionner différemment, être moins arrêtés sur l’expérience passée, mais plus tournés vers l’avenir avec une vision davantage prospective. Ça nous oblige à beaucoup d’agilité, à réinventer les modèles assurantiels.

La feuille de route 2022-2024 souhaite faire de MMA « un leader en mouvement et engagé ». Qu’entendez-vous par là ?

D.O. Être « leader » pour MMA, c’est d’abord consolider ses positions et ne pas perdre de parts de marché. Cela passe par un développement choisi et sélectif et par le management dynamique de notre portefeuille, deux leviers devant concourir à la rentabilité structurelle globale de nos opérations.

O.L.B. Le leadership que nous avons gagné sur le périmètre Entreprise, nous devons le consolider pour nous inscrire dans la durée. Quant au terme « en mouvement », il traduit la transformation de notre écosystème pour répondre aux exigences d’aujourd’hui en matière de digitalisation, de traçabilité et d’instantanéité. Et ce, avec toujours en toile de fond, la sécurisation de nos résultats.

D.O. Enfin, MMA est un leader « engagé ». En effet, nous nous engageons :

- pour nos clients en leur proposant de vivre une expérience inspirée,

- pour la société à travers une politique RSE volontariste et des actions tangibles,

- pour nos collaborateurs en mettant en place les conditions de leur réussite selon les nouvelles modalités de travail et en préparant les équipes de demain.

O.L.B. La valeur de l’humain est fondamentale chez MMA. Notre métier s’appuie d’abord sur la qualité des relations des uns avec les autres et sur la compétence de nos collaborateurs.

D.O. Notre forte présence en région illustre bien l’importance que nous attachons à la dimension humaine dans nos relations avec les clients et les courtiers, qui se traduit aussi par cette proximité géographique. 

MMA affiche 3 priorités : une rentabilité structurelle, un leadership affirmé sur les entreprises de moins de 1 000 salariés et la création d’un nouvel écosystème Entreprise. Comment comptez-vous mettre en œuvre ces priorités ?

D.O. D’abord, il est important de noter qu’il s’agit ici de la réaffirmation d’orientations déjà données et de la poursuite d’actions initiées depuis plusieurs années.

O.L.B. Le précédent plan triennal nous a permis de nous installer dans le paysage « Professionnels et Entreprises » et de monter sur la deuxième marche du podium. Ensuite, le marché est entré dans un cycle d’exigences techniques qui nous impose d’installer la garantie de notre rentabilité structurelle. Le nouveau plan vise donc notamment à rééquilibrer notre activité par la priorité donnée au développement sur le Middle Market et les ETI de moins de 1 000 salariés afin que notre portefeuille gagne en robustesse en s’appuyant sur un socle plus large et moins volatile. Le nouvel écosystème Entreprise, lui, s’appuie sur un nouvel environnement digital qui permet à nos collaborateurs – 300 personnes sont concernées - de communiquer de la façon la plus fluide possible et de travailler en mode projet. Aujourd’hui, nous regardons avant tout l’enjeu client. Notre organisation a été adaptée pour cela : tous les rôles et les processus ont été revus en ce sens. Et bien sûr, tout en étant garant de la conformité et du réglementaire.

D.O. Notre objectif est bien de délivrer une qualité de service sans couture et fluide pour nos partenaires et clients.

 

Vous travaillez sur un nouveau programme relationnel des courtiers. Pouvez-vous nous en dire plus ?

D.O. La finalité de ce programme est d’inciter les courtiers à faire plus et mieux avec MMA sur notre segment cible : les entreprises de moins de 1 000 salariés. Nous construisons à cet effet un écosystème comprenant par exemple des services et prestations complémentaires à l’offre purement assurantielle, un accompagnement commercial personnalisé, des incitations spécifiques et des engagements de service notamment. Ce programme sera déployé courant 2022, nous aurons alors l’occasion de revenir vers nos partenaires courtiers pour en dire davantage.